lundi, 27 février 2017, 23:01 GMT

La Guinée vers la mise en place du point d’échange internet

mer, 19 Fév 2014, 15:51

Suite à la mission de l’expert poly conseil, Alexis Pastre, les acteurs du secteur des télécommunications ont établi une politique de mise en place du point d’échange internet appelé Internet Exchange Point (IXP) en anglais, a constaté votre quotidien Guinéenews.

 

C’est la salle de réunion du ministère des Postes et Télécommunications qui a servi de cadre à la restitution des travaux en présence des opérateurs téléphoniques et autres acteurs des télécommunications ce mardi 18 février 2014.

Pour Serge Ziehi, Chef service Télécoms à ETI SA, cet atelier est la « conclusion des études menées pour établir toutes les contraintes, les possibilités de mettre en place le point d’échange sur le plan technique, économique et juridique ».  Et de préciser « aujourd’hui, nous avions une claire vision de ce qu’il faut faire et on a encore beaucoup de détails à mettre en place concernant l’exécution même du projet. Aujourd’hui, tout le monde est sur une base commune et on a compris qu’il y a une motivation globale de tous les opérateurs, de tous les acteurs. On a pu établir les bases pour mettre en place de façon effective, le point d’échange internet », estime-t-il.

Avec la mise en place du point d’échange internet, le coût de la communication va considérablement baisser ainsi que la rapidité, quant à elle, va augmenter. Un message envoyé entre les opérateurs n’a plus besoin de passer par le Portugal ou un pays d’Europe, il lui suffit juste de passer par le serveur de Kipé et revenir à qui de droit, apprend-on.

L’expert Alexis Pastre indique qu’avec l’IXP, le problème d’interconnexion pour tous les opérateurs en Guinée va s’améliorer considérablement  et permettra d’optimiser tout ce qui est trafic international avant de préciser « c’est la meilleure qualité-service pour les utilisateurs avec rapidité et réactivité ».

A en croire Cellou Diallo, Coordonnateur du projet WARCIP Guinée, ce point d’échange internet est une infrastructure additionnelle physique qui permet aux fournisseurs d’accès à internet de s’interconnecter entre eux et d’échanger les informations, a-t-il indiqué. Sa mise en place effective, contribuera à l’amélioration des conditions de connectivité qui jusque-là, ne répond pas à la grande satisfaction des populations guinéennes.

Une bonne connexion à en entendre les experts, demande plusieurs étapes. Après l’arrivée du câble sous-marin qui raccorde les pays liés à la mer, la suite logique est dira l’expert français de « gérer les backbones, fibres optiques, les IXP ou encore les Data Center qui permettent d’héberger le contenu ». Et de rajouter « cela prend du temps mais avec la concurrence qu’il y a en Guinée et avec un bon nombre d’opérateurs, c’est quelque chose qui va arriver inévitablement ».

Le mode de fonctionnement de la mise en place du point d’échange internet était au cœur du débat. Les uns ont souhaité le mode associatif ouvert à tous les opérateurs dont les avantages sont multiples, a-t-on appris de Cellou Dalein. Contrairement à la guinéenne de large bande (La GUILAB) qui a un accès limité aux opérateurs de téléphonies et fournisseurs internet.

En charge de ce point d’échange internet, le WARCIP Guinée est un projet d’infrastructures de connexion ouest-africain financé par la Banque mondiale qui se trouve actuellement dans huit pays et qui a fait ses preuves en Guinée à travers le transport du câble sous-marin.

Lire plus

Le FMI approuve un décaissement de 28 millions dollars pour la Guinée

sam, 15 Fév 2014, 14:30

 

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu la troisième revue des résultats économiques obtenus par la Guinée dans le cadre du programme appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), a appris votre quotidien en ligne, Guinéenews, dans un communiqué officiel en date du 14 février 2014.

Lire plus

Hadja Fatoumata Binta Diallo, une dame de caractère à la tête du ministère de l’Industrie et des PME

ven, 14 Fév 2014, 12:07

Hadja Fatoumata Binta Diallo est l’une des quatre amazones de la nouvelle écurie gouvernementale et à laquelle incombera pour les deux prochaines années la délicate mais exaltante mission de donner corps à la politique du président de la République dans le secteur névralgique de l’industrie et de la promotion du secteur privé guinéen aujourd’hui totalement sclérosé.

Lire plus

Surfacturation au ministère des TP : Benjamin Sandouno dénonce Mohamed Traoré, le nouveau ministre

mer, 12 Fév 2014, 07:40
Plusieurs auditeurs de la radio privée espace fm n'en croyaient pas leurs oreilles, ce mardi 11 février 2014. L'émission matinale "les Grandes Gueules"- qui parlait du scandale des surfacturations au ministère des Travaux Publics ces derniers jours- a réussi à faire parler celui qui était déjà soupçonné être derrière les fuites de ce scandale de surfacturation dans la presse, Benjamin Sandouno. Sur espace fm, le directeur national de l'entretien routier, Benjamin Sandouno, a accusé l'actuel ministre des Travaux publics, Mohamed Traoré, d'être derrière ce scandale de surfacturation. 

Lire plus

Crise de carburant à Kankan : le litre négocié entre 15000 à 20 000 GNF

lun, 10 Fév 2014, 18:07

 

La ville de Kankan est depuis hier dimanche 09 février affectée par une crise d’essence, a-t-on constaté sur place.

 

En effet, sur les  12 stations services de Kankan seulement une était en service depuis la soirée d’hier dimanche 09 février 2014. Ce qui a provoqué une crise total d’essence à travers la ville. Et comme il est de coutume chez les "Kankanais", il suffit qu’il est une petit crise de carburent pour que les commerçant augmente le prix sur le marché-noir en complicité avec les gérants des stations.

Lire plus

À Indaba, la Guinée crée un momentum favorable aux investissements miniers : communiqué

dim, 9 Fév 2014, 15:06

 

Le Cap, 6 février 2014 – S'exprimant lors de la conférence Mining Indaba, le nouveau ministre des Mines et de la Géologie de la République de Guinée, M. Kerfalla Yansané, a indiqué que l'objectif de la politique gouvernementale est d'accélérer le processus de négociations pour parvenir à la concrétisation de nombreux projets miniers.

 

« Je suis fermement engagé à trouver des solutions, lever les incertitudes et restaurer la confiance de nos partenaires et des parties prenantes, afin de s'assurer que les projets miniers avancent rapidement », a déclaré le ministre Yansané.

 

« L’industrie minière est la clé de la Guinée et de sa transformation. Cela va au-delà du développement des mines elles-mêmes. Car il s’agit aussi d'éducation et de formation, de chemins de fer, de routes, d’énergie, d’impact local et, surtout, d’emplois. Il nous reste encore un très long chemin à parcourir, et nul ne peut changer du jour au lendemain un pays. Le passage du combat contre la pauvreté à la croissance durable et à l’état de marché émergent requiert du temps. Mais je suis ici pour vous dire qu'aujourd'hui, la Guinée est prête à y arriver. Nous sommes déterminés à maximiser les ressources du pays pour améliorer la vie quotidienne de nos populations et en faire un moteur régional du développement en Afrique », a également déclaré le ministre Yansané lors de la conférence.

 

Au cours de cette édition 2014, la Guinée a attiré beaucoup d'attentions. En séance plénière, le ministre Yansané a souligné les progrès tangibles réalisés au cours des trois dernières années. Il a également présenté ce qu'il a appelé une nouvelle dynamique d'investissement en Guinée.

 

Le pays vient de s’imposer comme une des prochaines grandes destinations d’investissements miniers en Afrique. En novembre 2013, un accord massif de 5 milliards de dollars d'investissement a été signé avec les Emirats Arabes Unis, envoyant ainsi un signal fort à la communauté des affaires internationales que la Guinée s'est engagée dans une nouvelle phase de sa transformation.

 

La Guinée détient 2/3 des réserves mondiales de bauxite, et d’immenses gisements encore inexploités de minerai de fer de haute qualité (teneur en fer supérieure à 60%). Pour exploiter ce potentiel et attirer davantage d'investisseurs, la Guinée a obtenu le soutien des partenaires et des institutions internationales comme la Banque mondiale pour appuyer le développement des réseaux d'infrastructures partagées afin d’optimiser la réduction des coûts, les synergies et l'efficacité de l'activité minière.

 

Le ministre a également tenu une série de rencontres avec les investisseurs déjà présents en Guinée ou intéressés par l’important potentiel d'investissement du pays. M. Yansané appelle au renforcement d’un dialogue constructif entre les pouvoirs publics et le secteur privé afin d’avancer, d’agir et de générer au plus vite des profits mutuels pour les populations guinéennes et pour les actionnaires et investisseurs du secteur minier.

 

« Il ne fait aucun doute que la Guinée est maintenant sur la carte ! Grâce à la combinaison de ses énormes ressources inexploitées et des nouvelles priorités fixées par le Gouvernement, la Guinée peut devenir un acteur mondial dans l'industrie minière. Simandou est déjà l'un des plus grands projets intégrés au monde », a déclaré Alhassane Haidara, chargé d’investissement en chef à la Banque Africaine de Développement.

 

« Simandou sera l'un des plus grands projets au monde, ce qui entraîne le développement d’infrastructures connexes importantes. Il y a plusieurs autres projets de classe mondiale potentiels en Guinée que nous sommes impatients de soutenir », a déclaré Tom Butler, responsable mondial du secteur minier à la Société financière internationale (SFI) du Groupe Banque Mondiale.

 

« En tant qu'investisseur à long terme en Guinée, AMC félicite la nomination de M. Yansané en tant que nouveau ministre des Mines. Nous sommes confiants que la Guinée peut maintenant aller de l'avant, dans un environnement ouvert et stable qui encouragera de nouveaux investissements. J'ai hâte de travailler avec le ministre afin de résoudre les questions en suspens et de finaliser un accord avec AMC pour un milliard de dollars d'investissement », a déclaré Bob Adam, Directeur général de l'Alliance Mining Commodities Limited (AMC), à Indaba.

 

AT INDABA,

GUINEA CREATES MOMENTUMFOR MINING INVESTMENTS

 

Cape Town, February 6th 2014– Speaking at the Indaba Mining Conference, the newly appointed Minister of Mines and Geology of the Republic of Guinea, Mr. Kerfalla Yansané, said the Government’s policy objective is to speed up the negotiations process to achieve an effective materialization of numerous mining projects.

 

“I’m strongly committed to finding solutions, removing uncertainties and restoring the confidence of our partners and stakeholders to ensure that mining projects move forward rapidly”, said Minister Yansané.

 

“Mining is key to Guinea and its transformation. It goes beyond the development of the mines themselves as it is truly also about education and training, railways, roads, energy, local content, and most importantly jobs. We still have a very long way to go and no one can change a country overnight from fighting poverty to sustainable growth and emerging market status. But I am here to tell you that today Guinea stands ready to make it happen and is intention maximizing the country’s resources to impact the daily lives of our people and become a regional engine of development in Africa”, Minister Yansané further stated during the Indaba conference.

 

This year, Guinea received a lot of attention in Cape Town. At a plenary session, Minister Yansané outlined the tangible progress made in the past 3 years and he presented what he referred to as a new investment dynamic in Guinea.

 

The country is becoming one of the hotspots for mining investments in Africa. In November, a massive $5 billion investment agreement was signed with the UAE, sending a strong signal to the international business community that Guinea has engaged a new phase of its transformation.

 

Guinea holds 2/3 of the world’s bauxite deposits, and huge world-class untapped high-grade (over 60% pure) iron ore deposits. To unlock this potential and attract more investors, Guinea enlisted the support of international partners and institutions such as the World Bank to target the development of shared infrastructure networks to rationalize and maximize cost sharing, synergies and efficiencies around the region’s mining activity.

 

The Minister held a series of one-to-one meetings with investors already present in Guinea or others interested in Guinea’s enormous potential investment, stressing to all that he welcomed the opportunity to foster constructive dialogue between the Government and mining companies so as to take action, move forward fast and create mutual benefits for the people of Guinea and shareholders and investors of the mining sector. 

 

"There is no doubt that Guinea is now on the map. With the combination of its tremendous untapped resources and the new priorities set by the Government, Guinea can become a global player in the mining industry. Simandou is already one of the biggest integrated projects in the world", said Alhassane Haidara, Chief Investment Officer of the African Development Bank Group.

 

"Simandou will be one of the biggest projects in the world, resulting in significant associated infrastructure development, and there are several other potential world class projects in Guinea that we look forward to supporting", said Tom Butler, IFC Global Head of Mining.

 

"As a long term investor in Guinea, AMC welcomes the appointment of Mr. Yansané as Minister of Mines, and is confident Guinea can now move forward in an open and stable environment that will encourage further investment. I look forward to working with the Minister to resolve the outstanding issues that will allow AMC's $1 billion investment to proceed", said Bob Adam, CEO of Alliance Mining Commodities Limited (AMC), at Indaba.

 

Le Porte-parole du Gouvernement

 

Contact médias :

 

M. Damantang Albert CAMARA, Porte-parole du Gouvernement, ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi

 

+ 224 628-20-58-58

 

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

 

Contact : 664-87-96-59

                 628-18-15-57

 

[email protected]

[email protected]

[email protected]

 

Lire plus