dimanche, 26 mars 2017, 05:24 GMT

Paris : Sansy Kaba tourne les projecteurs vers Conakry capitale mondiale du livre !

sam, 25 Mar 2017, 02:03

 

Rebaptisé ‘’Livre de Paris’’, le Salon du livre de Paris a ouvert ses portes ce vendredi, 24 mars 2017 au grand public. Cette 37ème édition met en lumière, les lettres africaines avec le Maroc, pays invité d’honneur ou encore la Guinée avec le projet Conakry Capitale Mondiale du Livre en 2017, a-t-on remarqué à la Porte de Versailles.

 

Lire plus

Musique : Des tickets du concert de MHD offerts à la jeunessede Fria, détournés et revendus à Conakry

ven, 24 Mar 2017, 22:14

 

La déception se lit sur les visages des milliers de jeunes de la cité de l'alumine qui attendaient impatiemment les 2000 tickets qui leur avait été promis par l'opérateur culturel Tidiane Soumah le PDG de Tidiane World music lors du dernier fesrtoval de Fria qui a eu lieu le mois de décembre dernier. Tel est le constat fait par la rédaction locale de Guinéenews© basée dans la cité de l'alumine. 

Lire plus

Culture: les diatribes enflammées de Azaya sur l’état de la musique guinéenne

mar, 21 Mar 2017, 20:53

“Le retard de la musique guinéenne dépend de nous tous, tout le monde est responsable”

 

Au cours d’un point de presse qu’il a organisé ce lundi 21 mars en prélude à la sortie prochaine de son double album “Ma difangni yah”, Azaya a remué le couteau dans la plaie de la musique guinéenne. Selon l’artiste, auteur de “gnènèssouma”, les principaux fautifs du retard de cette identité sonore sont avant tout le public, les médias, les artistes et le manque de sponsoring.

 

Connu pour sa tendresse vocale, cette fois Mohamed Azaya n’est pas allé avec le dos de la cuillère en en accusant tout le monde d’être à l’origine du grand retard accusé par la musique guinéenne aujourd’hui.

 

Dans sa ligne de mire, le public guinéen qu’il a désigné comme étant le premier responsable de cette situation.  “Le public guinéen n’a pas encore choisi son style de musique et comment voulez-vous que des artistes choisissent? Nous ne chantons pas pour nous-mêmes, nous faisons de la musique pour vous public, alors choisissez un rythme dans le répertoire musical guinéen et imposez-le aux artistes guinéens. En Guinée, on aime applaudir les artistes et les diffamés après”, dénoncé Azaya tout estomaqué par l’apathie dans laquelle la musique guinéenne est plongée.

 

Poursuivant, l’auteur de “yélégbéli” s’en est pris aux journalistes :”si vous parcourez les médias, il y a beaucoup plus de nouvelles sur les artistes étrangers que sur les artistes guinéens. Si Rihanna sort un single aujourd’hui, tous les médias en parlent mais si c’est Azaya qui sort un single, il n’y a que deux ou trois qui en parlent. Les autres, il faut que je les appelle. Vous ne connaissez même pas l’histoire de l’un des meilleurs artistes de votre pays mais beaucoup d’entre vous connaissent la biographie de Beyoncé ou de Jay-z. La charité bien ordonnée commence par soi-même, dit-on. Si on se respecte, les autres vont nous respecter”, a-t-il indiqué.

 

“Au niveau des télévisions et radios privées, c’est 98% de musiques étrangères et 2% de musique guinéenne. Comment est-ce que la musique peut évoluer”, renchérira-t-il.

 

Même les mécènes n’ont pas été épargnés par le messi de la musique guinéenne. “Les mécènes investissent des centaines de millions dans le concert des artistes étrangers et tous les sponsors se mobilisent tandis que lorsqu’Azaya organise sa dédicace, il n’y a même pas un sponsor qui vient au secours. Dans les autres pays, on investit des millions pour accompagner les artistes”, a-t-il fait remarquer.

 

“C’est le guinéen qui va sur youtube pour insulter ou pour ternir l’image d’un artiste guinéen. Allez-y sur le site d’un artiste malien et tu le traites de zéro, ce  sont des maliens qui te répondront et non l’artiste que tu as attaqué”, a affirmé Azaya.

 

Azaya a aussi déploré le complexe du guinéen face à l’usage des dialectes du pays dans les chansons : ‘’cela fait mal aux Guinéens qu’on chante dans nos langues, qu’on s’exprime en Manika, Soussou,  Tôma ou en Poular. Mais comment voulez-vous qu’on chante dans une langue qu’on ne comprend pas? On est complexé. Les artistes veulent chanter en français ou en anglais pour répondre au goût des fans et vous dites encore qu’ils utilisent un mauvais français ou que son anglais est tordu. Vous voulez qu’on chante dans quelle langue? Vous n’aimez pas les langues du pays, nous nous efforçons à chanter dans les langues étrangères et vous n’appréciez pas. On ne peut pas évoluer”.

 

Pour finir, Azaya a touché à la gestion de carrière des artistes en fustigeant l’attitude des producteurs guinéens : “la promo d’un album, c’est avant, pendant et après sa sortie sur le marché. Mais en Guinée, on a tendance à produire un seul album et à l’abandonner sans mesurer l’impact sur la carrière de l’artiste”.

 

Pour bon nombre d’observateurs, Azaya a touché le nœud gordien de la musique guinéenne sans oublier la démission de l’Etat dans la promotion de l’art et de la culture.

Lire plus

Musique : Azaya annonce son double album ”M’ma difangni yah”

mar, 21 Mar 2017, 17:13

Face à la presse ce lundi 21 mars, l’artiste Azaya et sa structure Musik Sans Frontières ont dévoilé quelques détails croustillants sur son prochain album ”M’ma difangni yah”. Deux présentations d’album qui auront respectivement lieu le 20 mars du côté d’un hôtel de la place et le 22 du même mois au palais du peuple de Conakry, a constaté sur place Guinéenews.

Lire plus

Musique : Banlieuz’art et Degg J Force 3 en route pour la “Francophonie” en Angola

ven, 17 Mar 2017, 18:07

  

Pour sa 22ème édition, les festivités de la journée internationale de la Francophonie se tiendront à Luanda (Angola). Ce rendez-vous géopolitique et culturel réunira des représentations artistiques des pays francophones et pour représenter les couleurs guinéennes, le groupe urbain Banlieuz’art a pris son envol ce vendredi 17 mars en compagnie des frères M’baye Moussa et Ablaye de Degg J Force 3, a constaté sur place Guineenews.

Lire plus

Chronique-fiction : dialogue de sourds imaginaire Dadis Camara- Me Cheick Sako

ven, 17 Mar 2017, 00:45

Votre quotidien électronique Guinéenews© continue à plonger ses lecteurs dans le thriller de la politique- fiction. Pour ce présent numéro, nous vous proposons un entretien téléphonique imaginaire entre l’ex chef de la junte, Dadis Camara, en séjour au Burkina Faso et l’actuel ministre guinéen d’État de la justice, Me Cheick Sako.

Lire plus