Carnage du 28 septembre 2009 : Kabinet Komara, Dadis et le coup de fil de Wade à 20h

01 octobre 2017 8:08:04
1

En marge de la dédicace du livre de Dr Moustapha Koutoub Sanoh : « La Transition, le CNDD et moi », l’ancien premier ministre de la transition, Kabinet Komara, a expliqué, hier samedi, comment il a pu impliquer l’ancien président Sénégalais, Me Abdoulaye Wade, pour faire libérer les opposants Cellou Dalein Diallo, Jean Marie Doré, Sidya Touré, Louceny Fall

« J’ai lu d’un trait le passage concernant comment les frères Cellou avaient été séquestrés le 28 septembre 2009 et libérés. Ce jour-là, c’était le jour le plus sombre de ma carrière. J’étais complètement désespéré. Ce jour-là, j’ai automatiquement téléphoné le président Wade. Je lui ai dit : les infos que j’ai, il était 16 heures, sont extrêmement graves pour notre pays. Et comme c’est vous que le capitaine Dadis considère comme votre père, nous allons nous convenir d’une chose. Je vous fais cette révélation et même le Dr Koutoub n’était pas au courant de ce détail. Il m’a dit ce que je lui propose. Je lui ai promis de tout faire pour être devant le capitaine Dadis à 20h. Vous me donnez le nom de quelqu’un que je vais appeler. Dès que vous allez décrocher, je vais lui passer le téléphone. C’est ce qu’on a fait. On s’était convenu de ce qu’il fallait lui dire : libérer tous les leaders politiques séquestrés à la clinique Pasteur. Et quand le président Wade lui parlait, il disait : « oui, Papa, oui Papa, je vais y penser ». Je lui ai demandé ce qu’ils se sont dits. Il a répondu que le président Wade voudrait qu’il libère les leaders politiques. Il a promis de réfléchir et de trouver la meilleure forme. C’est après que j’ai appelé le frère Koutoub pour lui dire de réunir rapidement les chefs religieux pour venir au camp Alpha Yaya Diallo. C’est maintenant ou jamais pour les libérer ».

 

  • Pigoss Camara

    ça a été une honte pour la Guinée, d’avoir eu Dadis Camara comme chef d’état; le monde entier a eu l’impression que la Guinée était un pays d’incultes et d’ignares .