CAN 2023 en Guinée : le COCAN bat de l’aile et peine à se retrouver

31 octobre 2017 11:11:07
0

La Guinée est, depuis le 20 septembre 2014, désignée par la Confédération africaine de football (CAF) pour abriter l’édition de  2023 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Il a fallu attendre deux ans après pour  que les membres du Comité de pilotage du Comité d’organisation de l’événement appelé (Cocan) soient nommés. Ce comité est censé travailler en synergie avec des commissions en vue de réussir ce rendez-vous continental jamais organisé en Guinée.

Ledit Comité de pilotage a donc été mis en place le 14 octobre 2016 par un décret présidentiel. Suivi de la nomination, le 2 janvier 2017, de ses membres, avec la constitution de 13 commissions de travail. Au mois de mars, par arrêté du Premier ministre, chef de gouvernement, ces 13 commissions ont été meublées.

Depuis, outre la première réunion de prise de contact, tenue entre les 13 commissions et le Comité de pilotage le 18 mai 2017 à l’hôtel Noom, il n’y a eu aucune autre séance de travail. Alors que le temps presse, au regard de l’immensité du travail à abattre avant 2023. Car, le cahier de charges pour l’organisation d’une Coupe d’Afrique exige un minimum de 6 sites de compétition. A cela, s’ajoutent plusieurs autres contraintes à lever notamment en termes d’infrastructures hôtelières et de transports. Parce qu’au-delà de 1000km, l’instance suprême du football continental ; la CAF exige que les athlètes voyagent par avion.

Le Comité de pilotage est présidé par Antonio Souaré, président de la Féguifoot, assisté de deux vice-présidents, notamment le général Mathurin Bangoura, gouverneur de Conakry et Kerfalla Camara KPC, homme d’affaires et président de HAFIA FC. L’ancien directeur du Patrimoine bâti public, Dem Cheick en est le secrétaire permanent. Et le chef de Cabinet du ministère des Sports, Aboubacar Molota Camara est directeur opérationnel, assisté de la directrice adjointe des Opérations, Zalikatou Diallo, députée au Parlement guinéen.