Budget d’organisation des examens : 31 milliards sauvés cette année sur les 80 milliards mis à disposition (ministre)

10 juillet 2017 12:12:15
0

« Pour les trois examens, mon département n’avait besoin que de 49 milliards au lieu de 80 milliards »

S’enquérir du déroulement du baccalauréat et faire part aux acteurs du système éducatif des réformes mises en place par son ministère, sont fondamentalement l’objet de la visite du ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation à Fria.

C’est dans la salle des actes de la mairie que le ministre Ibrahima Kalil Konaté a été reçu dimanche 9 juillet par des autorités locales, personnel enseignant, parents d’élèves, syndicats…

Après les discours du président de la délégation spéciale et du directeur préfectoral de l’éducation, le ministre Konaté a pris la parole pour livrer son message.

Dans son intervention, Il est revenu sur les réformes engagées par son département et au nombre desquelles figurent la fixation de la date de l’ouverture des classes au 15 septembre et leur fermeture le 30 Juin ; le remplacement des évaluations mensuelles par les compositions trimestrielles…

L’ensemble des acteurs du système éducatif qui étaient présents ont adhéré à ces réformes à main levée avant d’exposer d’autres problèmes auxquels est confronté le système éducatif guinéen.

Parlant de ces préoccupations exprimées, le ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire déclare : « C’est dans le cadre des réformes de mon département que j’ai décidé de parcourir tout le pays. C’est au tour de Fria aujourd’hui de s’approprier de ces réformes que nous voulons mettre en place et avoir leur adhésion. C’est pourquoi j’ai tenu à inviter ici tout les  acteurs du système éducatifs. Après l’exposé, les enseignants de Fria ont massivement exprimé leur adhésion à ces réformes. Je me sens renforcé « , s’est réjoui Ibrahima Kalil Konaté.

Poursuivant le ministre a déclaré que le budget alloué à son département pour les trois examens nationaux est de 80 milliards de francs guinéens, un montant qu’il a jugé exorbitant et qu’il a revu à la baisse. Selon lui, son département n’avait besoin que de 49 milliards. « L’Etat s’est bien mobilisé, ils ont mis 80 milliards à ma disposition pour gérer ces trois examens. Mon service et moi avons fait la planification de toutes les activités,  nous avons fait les calculs et nous avons trouvé que le département ne pouvait utiliser que 49 milliards. Il y a eu donc un excédent budgétaire de 31 milliards que nous allons utiliser pour rénover ou réaliser certaines infrastructures scolaires. Au lieu de détourner l’argent et donner des justificatifs, nous avons préféré mettre le reste de l’argent dans les infrastructures parce que le peuple nous regarde », a-t-il déclaré.

Le ministre Ibrahima Kalil Konaté a passé la nuit dans la cité de l’alumine pour lancer les premières épreuves de la troisième journée du baccalauréat qui a lieu ce lundi 10 juillet.