Boké: une mission de la Banque Mondiale en visite de terrain dans les zones agricole piscicole et avicole

09 octobre 2017 17:17:10
0

Dans le cadre de l’identification des actions prioritaires pour  l’élaboration d’un nouveau projet de développement agricole intégré de la Guinée, une mission, conjointe de la Banque Mondiale, des ministères de l’Agriculture, des Pêches, de l’Economie Maritime, a effectué le samedi 7 octobre, une visite de terrain dans la préfecture de Boké, située à environ 300km de la capitale Conakry, a-t- constaté sur place Guinéenews.

Cette visite de terrain a conduit les experts de la Banque Mondiale dans les Sous-préfectures de Kolaboui, Malapouya, Kamsar où ils ont visité  des champs de maïs et de riz du président de la chambre nationale d’agriculture, El hadj  Mamadou Bobo Diallo à Denkein et à Garaya ; la production de la pisciculture et fumage à Kamsar et la production avicole à Boké.

 

Au terme de cette étape de Boké, Dr. Aifa Fatimata Ndoye-NIANE, cheffe de mission, l’économiste principale de la Banque Mondiale basée à Dakar  et chargée de la formulation du nouveau projet du développement agricole intégré de la Guinée décline ici son constat de terrain : « mon premier constat est qu’il y a beaucoup de potentialités en Guinée. Il y a des terres assez fertiles, de l’eau un peu partout avec une potentialité de production énorme. »

S’agissant des difficultés auxquelles sont confrontés les paysans, la cheffe de mission indiqué : « il y a également beaucoup de contraintes liées à l’accès des zones de production qui sont très difficiles à fréquenter dans la région de Boké. Il y aussi une forte demande  et un bon marché qui se dessinent à l’horizon pour les producteurs. Toutefois,  elle estime qu’il  y a  encore des efforts à faire pour améliorer  le secteur du développement rural en Guinée. Quelque part, il y a un besoin de soutien en termes d’amélioration de la productivité agricole, avicole et piscicole. Il y a lieu donc de faire appel à des technologies modernes et à des variétés plus performantes.»

Parlant de ce nouveau projet, notre interlocutrice précise que ce programme pourrait attirer davantage les jeunes   et les offrir toutes les opportunités qu’offre le secteur agricole à travers un encadrement, une organisation et un appui financier.

 Quant à Dr Boubacar Diallo, le coordinateur du projet WAAP Guinée, il  se réjouit, lui, des résultats déjà obtenus à travers les semences que son projet a fournies aux paysans.

«Cette visite permettra à la Banque Mondiale de voir ce que WAAP fait sur le terrain. Car, nous avions fourni  cette année des semences de riz et de maïs aux producteurs. Et nous avons constaté que les résultats sont concluants», a-t-il déclaré Dr Boubacar Diallo, très optimiste.

Pour sa part, le Directeur national de la pisciculture au ministère des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime,  a mis l’accent sur la composition de ce nouveau projet qui comprend, a-t-il indiqué, 5 filières   en Guinée. Il s’agit des filières riz et maïs ; la volaille, la pomme de terre et   la filière pisciculture et  fumage.

Pour ainsi rentabiliser les différents investissements effectués par le gouvernement guinéen et ses partenaires dans le domaine agricole notamment la protection piscicole, M. Kéita estime qu’il est important de réfléchir sur les chaines de valeur afin que cette production piscicole soit prise en compte dans le domaine de la chaine de valeur qui fait référence à la production de maïs et de la farine de poissons.

En ce qui concerne les populations riveraines des zones visitées, elles apprécient cette initiative des autorités guinéennes et de la Banque Mondiale qui vise, dit-on, à réduire la pauvreté  et à renforcer l’autosuffisance alimentaire en Guinée.