dimanche, 26 mars 2017, 05:26 GMT

boke-mairieLa crise qui mine la commune  urbaine  de Bokė continue d'alimenter la chronique et de faire couler des flots d'encre et de salive, six jours après  la fermeture de la mairie de Boké par les conseillers communaux, qui réclament le départ de Modibo Fofana, président de la délégation  spéciale de la Commune urbaine de Boké, pour  mauvaise gestion , violation des textes  et lois régissant le fonctionnement de la commune. Depuis cette date, les choses s'accélèrent et des médiations se poursuivent, a constaté le correspondant local de Guineenews basé à Bokė.

mairie-bokeCe mercredi 11 janvier, c'était au tour des autorités locales (Gouverneur et préfet ), de convier les conseillers frondeurs , les sages, la société civile et la presse locale , pour gérer cette  crise qui ne fait que perdurer. Durant 3 heures d'horloge  (de 15h à 18heures.)
Cette rencontre fait suite à  une mission que  le gouverneur et le préfet ont effectuée à  Conakry pour rendre compte de cette situation au ministre de l'Administration du Territoire.

Au nom de la paix, les autorités locales ont  résolu  la crise à l'amiable et c'est le préfet qui a ouvert le bal : « Nous sommes là aujourd'hui pour parler de notre Bokė. Le souhait de chacun de nous est de préserver la paix et surtout d'éviter une telle crise. » a fait remarquer  le préfet  Mohamed Lamine Doumbouya.

Une des recommandations du ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation est de trouver la solution locale émanant des principaux acteurs de la couche sociale de Boké.

Selon le ministre Bouréma Condé, "qui peut le plus peut le moins ", dira le gouverneur Siba Severin Lohalamou en faisant le compte rendu de sa mission de  Conakry avec le ministre Bouréma Condé. Après avoir fait  son propre mea culpa,  Modibo Fofana a présenté ses excuses à ses conseillers qui ont au départ  réfuté  cette demande avant de l'accepter  quelques minutes après.


« Nous avons accepté mille excuses de notre président. Cette fois-ci, nous n'accepterons  pas ses excuses », rétorquent Almamy Youssouf Coumbassa,  Jeacques Andrea, Mamadouba Savané, tous conseillers mais  qui souhaitent par ailleurs que tout soit tiré au clair sur la gestion de la commune. Les autres conseillers majoritairement ont accepté les excuses de leur président.


Au finish, un consensus a été trouvé : les autorités locales , la société civile et les sages ont  tour à tour essayé de  rapprocher les deux parties. un compromis a été trouvé et les portes et fenêtres de la mairie ont été ouvertes ce mercredi même quelques minutes après la réunion, aux environs de 19h

Amadou Camara

Correspondant à Boké, Basse Guinée

Amadou Camara