Bataille pour le contrôle du Syndicat des transporteurs de Kissidougou: les locaux mis à sac

09 septembre 2017 22:22:29
0

 Les bureaux du syndicat des transporteurs de Kissidougou ont été saccagés par un groupe d’individus se réclamant de Facély Mara, un candidat déclaré qui réclame des élections à la tête dudit syndicat présentement dirigé par Sékouba Mara.

Pour camper ce litige, Guinéenews a rencontré Fassouman Kourouma, le Porte-parole de l’Union locale des travailleurs de Kissidougou qui revient sur ce qu’on peut appeler l’origine du malaise : «il y a près de 8 mois qu’un malentendu relatif à la légitimité et au fonctionnement du syndicat a éclaté entre les chauffeurs et le bureau dudit syndicat. Durant tous ces 8 mois, les autorités préfectorales et  communales ont tous œuvré pour la recherche de la quiétude. Mais chacun resté campé sur sa position et entre les potentiels candidats, n’ont pas trouvé d’entente. Face à cette situation, la fédération a fait appel aux protagonistes pour essayer de trouver une  solution. Vu l’insistance du groupe de Facély Mara, toutes les autorités de Kissidougou ont été obligées d’informer l’instance supérieure du syndicat des transporteurs qui est la fédération nationale des transports et mécanique générale, affiliée à la CNTG, afin de procéder à un renouvellement du bureau pour qu’il y ait la quiétude à Kissidougou. »

Interrogé sur ce que prévoient les textes règlementaires, notre interlocuteur précise : «les textes prévoient, après la fin du mandat, qu’il y ait un renouvellement. La fin du mandat de Sékouba Mara est effective, mais ce qui est à nuancer, c’est qu’en 2014, l’effectif du bureau a été étoffé pour un meilleur fonctionnement et la recherche de la quiétude. Ce renouvellement a été fait en 2014 alors que les dernières élections ont eu lieu en 2011. Donc en principe, c’est en 2015 que ce mandat devrait prendre fin. Dans les conditions normales, c’est depuis 2015 que le mandat de Sékouba Mara devait expirer. Par la suite, nous sommes restés dans cette situation et compte tenu des différentes manifestations des uns et des autres, les autorités préfectorales et communales ont écrit à la fédération nationale des syndicats pour venir procéder à un renouvellement du bureau. C’est ainsi que la fédération a réagi en envoyant une délégation pour organiser ces élections le jeudi 7 septembre 2017.  Compte tenu de l’atmosphère, les autorités ont demandé de surseoir aux élections. C’est-à-dire, voyant que les élections à cette date pouvaient avoir des conséquences catastrophiques, les autorités ont demandé à ce que ces élections soient reportées. Après de longues discussions d’environ 6 heures de temps, la mission, les autorités syndicales préfectorales et communales et la société civile, il a été retenu qu’il fasse un conseil transitoire à la place du bureau. Chaque candidat devrait envoyer une liste de 10 membres pour que dans un ou deux mois, après avoir réuni toutes les conditions, les élections soient organisées dans l’accalmie. Mais le groupe de Facély Mara n’a pas accepté cette proposition et il tenait coûte que coûte à la ténue de ces élections. Les membres du groupe de Facély ont un peu outragé la mission venue de Conakry dans leurs propos, mais aussi ils se sont rendus sur le lieu et tout vandaliser. C’est ce qui a été vraiment une situation qui a suscité de l’amertume  chez les uns et les autres. Ce qu’il y a eu, est un acte abominable

Par ailleurs à la suite de ces explications du Porte-parole de l’Union locale des travailleurs de Kissidougou, Guinéenews s’est rendu au Commissariat central de police ou le Commissaire Pépé Touré a apporté des précisions sur les interpellations liées à ces saccages des locaux  du bureau préfectoral du syndicat des transporteurs. «Il y a eu des interpellations ce matin. L’acte a été commis hier aux environs de 16 heures. C’est pourquoi ce matin très tôt, nous avons procéder à des arrestations. Parce qu’il y avait une volonté manifeste de revenir encore pour aller installer avec force leur candidat qui est Facely Mara. Et sachant que l’autre camp, celui de Sékouba qui s’était jusque-là abstenu, avait pris la ferme décision d’attendre l’arrivée du groupe de Facély. C’est compte tenu de toute cette situation particulièrement délétère que très tôt le matin, on a pris la gare routière pour éviter la confrontation», a-t-il expliqué.

A en croire toujours le même Commissaire, ils sont 25 personnes à avoir été interpellées dont Facély Mara, accusé d’être le commanditaire de ces saccages. Ils ont été tous immédiatement transférés à Faranah pour une raison de sécurité, nous dit-on.

Nous y reviendrons.