jeudi, 30 mars 2017, 02:44 GMT

Le nouveau comité exécutif de la fédération guinéenne de football (FGF) a officiellement pris fonctions ce lundi 20 mars. A l’occasion de cette cérémonie, Mohamed Lamine Nabé, président du comité de normalisation de la fédération guinéenne de football, a passé le témoin à son successeur, Mamadou Antonio Souaré. Ce dernier avait été élu lors du congrès de la fédération tenue le 28 février 2017.

 

Dans son intervention, Mohamed Lamine Nabé a rappelé tout d’abord que l’élection des nouveaux membres du bureau exécutif de la féguifoot s’est déroulée dans la transparence : « Cette élection jugée transparente et crédible par tous les observateurs était le couronnement de tous les processus de transmission qui a respecté les délais qui lui ont été fixés par les instances internationales de football. »

 

Parlant des réalisations faites par le comité de normalisation, M. Nabé a rappelé la qualification des équipes nationales de moins de 17 ans (U17) et moins de 20 ans (U20) à la CAN et Mondial des mêmes catégories.

 

« Le comité de normalisation a travaillé tous les neuf mois derniers à la réforme du football guinéen par l’élaboration de nouveaux textes juridiques modernes. Ainsi, les nouveaux textes, les statuts, le code électoral et les règlements de l’assemblée générale ont été adoptés le 26 décembre 2016. Ces nouveaux textes, c’est pour instaurer un équilibre au sein du corps électoral, qui était dominé par les clubs amateurs. Le comité de normalisation a supervisé la mise en place de la ligue guinéenne de football professionnel, et créé la ligue guinéenne de football amateur », a expliqué.

 

Plus loin, il a fait des recommandations à la nouvelle équipe dirigée par Antonio Souaré : «Sur le plan marketing, il devient urgent de négocier un nouvel équipementier pour les équipes nationales, de renouveler le contrat de partenariat avec la compagnie Orange et de mieux suivre les discussions commerciales avec Crystal. Sur le plan administratif, il est aujourd’hui indispensable de doter les associations fédérales d’un service modéré de gestion des archives afin d’éradiquer les fraudes et tentatives de fraude sur certains membres de la fédération guinéenne de football. »

 

Quant au nouveau patron de la fédération guinéenne de football, il a d’abord remercié l’équipe sortante qui a su gérer la crise et a permis la mise en place de la nouvelle équipe. Pour Antonio Souaré, lui et ses collègues doivent désormais regarder dans le futur : « En prenant fonctions, nous devrons, nous membres du comité exécutif, résolument tourné la page de la crise et œuvrer à la réconciliation et au rassemblement de toute la famille du football guinéen. »

 

Puis, il rassure qu’il n’y aura pas d’exclusion : «Je profite pour vous assurer les uns et les autres que nul ne sera exclu dans l’entreprise de redressement de notre football, que tous se sentent concernés. »

 

C’est avec une écrasante majorité qu’Antonio Souaré a été porté à la tête de la féguifoot. Mais, à l’en croire, il n’y a pas de vainqueurs ni de vaincus lors de cette élection : « L’assemblée générale extraordinaire du 28 février 2017 n’a pas vu la victoire d’un camp contre un autre. Loin s’en faut. Elle a plutôt permis de soigner des plaies, de donner un nouvel élan et un nouveau souffre au football guinéen. Ce nouvel élan, mon équipe a le défi de le mener et de l’incarner par un changement profond et radical de nos comportements. »

 

Les tâches qui attendent Antonio Souaré et ses collègues sont énormes, surtout que pendant leur mandat (quatre ans) ils devront préparer l’organisation par la Guinée de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) prévue en 2023 en construisant notamment des infrastructures sportives.

Alhassane Bah