AC en Turquie, immigration clandestine, délivrance des cartes de presse, accusations de détournement contre le directeur des impôts, nomination des membres du COCAN 2023

06 janvier 2017 21:21:13
0

C’est d’abord des souhaits de meilleurs vœux au compte de l’année nouvelle, puis des sujets tels que : la visite d’Alpha Condé en Turquie, le bilan de l’immigration clandestine, la délivrance des cartes de presse, le directeur des Impôts accusé de détournement, les membres du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations et encore la première dame qui fait des dons aux enfants déshérités de Kankan. Bonne lecture !

« Alpha Condé de nouveau chez Erdogan », s’exclame le journal La Lance. Le 25 décembre, le président Alpha Condé a entamé en Turquie, une visite d’Etat de quelques jours, pour renforcer la coopération économique et diplomatique. Accompagné du ministre de la Défense nationale, Mohamed Diané, celle des Affaires étrangères et de l’Economie et des Finances, Malado Kaba et Makalé Camara. En mars 2016, le président Turc, Recep Tayyip Erdogan était en visite en Guinée, accompagné de deux cent investisseurs. Les deux pays avaient alors signé des conventions, dont deux sur la coopération militaire, ratifiées fin octobre par les députés à l’Assemblée nationale guinéenne. Ces conventions prévoient « des formations (médecine militaire), la lutte contre le terrorisme et l’échange d’expériences entre les deux armées », précise le ministre de la Défense, Mohamed Diané qui ajoute que : « l’objectif est de poursuivre les réformes à travers le renforcement des capacités opérationnelles de l’armée guinéenne ».

« Immigration clandestine : Méditerranée meurtrière, toujours bravée », titre le journal La Lance à la Une. Depuis le début de l’année, « 3.800 migrants ont perdu la vie, en tentant la traversée de la Méditerranée », a annoncé le 21 novembre le HCR (Haut-Commissariat pour les Réfugiés). Un record jamais atteint, selon l’ONG. Pourtant, ils sont encore des milliers à tenter de passer ou de mourir en mer. Les rescapés, dès leur arrivée, sont conduits dans les centres de rétention pour une période minimum de cinq ans. La crise économique chronique en Grèce, la désunion de l’Union européenne avec le Brexit, la percée du terrorisme (France, Allemagne, le recul de la démocratie (la purge en Turquie), la persistance du chômage et de la pauvreté,  ne laissent pas le choix aux habitant du vieux monde à refouler tout le monde. Malheureusement, ils sont nombreux les citoyens africains, du Proche et moyen Orient, à tenter d’aller en Europe à la quête du bien-être. Toutes ces difficultés d’ordre divers ne découragent pas les jeunes migrants, en provenance pour la plupart de l’Afrique subsaharienne. Quoique lors du parcours, certains crèvent de soif et de faim dans le désert…

« Médias : Enfin la carte de presse professionnelle », lit-on dans les colonnes de l’hebdo La Lance. Le 22 décembre, la HAC (Haute Autorité de la Communication), a attribué la carte professionnelle de presse. Les bénéficiaires : les journalistes guinéens et étrangers. En vertu de l’article 17 de la Loi portant sur la HAC. La carte donne «  le droit d’accéder à toutes les informations disponibles », précise la présidente de la HAC, Martine Condé.

« Guinée : Alpha Condé pressenti comme président de l’Union Africaine », lit-on dans le journal d’informations générales, Nouvelle Elite. Le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé sera le candidat de l’Afrique de l’Ouest à la présidence en exercice de l’Union Africaine (UA), lors du sommet de cette organisation qui se tiendra fin janvier 2017. La décision a été annoncée dans un communiqué final de la 50ème session ordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernements de la CEDEAO –Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest- tenue le 17 décembre 2016 à Abuja au Nigéria.

« Ouvrages de construction des logements sociaux : La Guinée a dorénavant son unité de fabrication », titre le journal Nouvelle Elite. C’est en tout cas ce qui est apparu dans les images passées en boucle mercredi 21 décembre dernier à la télévision nationale. Celles présentant le président de la Guinée, Alpha Condé et son homologue de la Sierra-Léone, Ernest Bai Koroma, en train d’inaugurer un complexe industriel de fabrication d’ouvrages préfabriqués à Forécariah. Ce complexe industriel spécialisé dans la fabrication des ouvrages de construction de logements sociaux, aura une capacité de plus de 1.000 logements sociaux modernes par an. De même, l’on y fabriquera des ouvrages pour la construction des ponts, des écoles et d’autres infrastructures sanitaires, portuaires et aéroportuaires. Appartenant à des italiens, doublés d’une expérience de plus de 63 ans et présents dans plus de 80 pays en Afrique.

Par voie de presse, le directeur national des Impôts a été accusé de détournement d’un montant faramineux, nous informe le journal Le Populaire. Voici ce qu’il en est. Preuves à l’appui le directeur national des Impôts, Aboubacar Makissa Camara, est  accusé d’avoir donné une « destination inconnue » à une recette fiscale de 27 milliards de francs (il s’agit en fait de 28,6 milliards) et on fustige sa gestion  des ressources humaines. Ayant plutôt bonne réputation, à cause de ses performances inédites dans l’administration fiscale, nous avons mené nos propres investigations. Le résultat est tout autre : l’argent est au  Trésor. Traçage des 28,6 milliards Puisque l’eau n’est potable qu’à la source, nous avons refait le parcours des 28,6 milliards. Voici, preuves à l’appui, le résultat de notre démarche. Il est vérifiable par tout un chacun. En octobre 2016, la société SIMFER S.A. a émis deux chèques BICI-GUI certifiés (l’un, N°01894028 d’un montant de 27 603 468 417 GNF, l’autre N°01894029 d’un montant de 1020 623 017 GNF) pour régulariser les RTS (retenues sur traitements et salaires) et les versements forfaitaires de ses employés nationaux pour la période du mois de septembre. Dans le cadre de la sécurisation des montants, les chèques ont été libellés au nom du Receveur Spécial des Impôts pour le compte du Trésor public. Autrement dit, les montants ont été bloqués au compte  du Receveur Spécial des Impôts domicilié à la Banque centrale (BCRG). Par quelle magie une quelconque personne pourrait-elle les détourner ? Le caissier de la DNI a encaissé les deux montants le 17 octobre 2016 et transmis les effets à la comptabilité qui, à son tour, a établi le bordereau de remise de chèques numéro 1449 daté du 24 octobre 2016. Le bordereau a été déchargé le 26 octobre 2016 et revêtu de la signature et du cachet du chef de la section Compensation BCRG (voir document scanné ci-dessous). Ce bordereau atteste que les deux montants ont été pris en charge par la BCRG. Après la remise des chèques, le compte de la DNI numéro 20110000140 a été crédité des deux montants de 27 603 468 417 GNF et 1 020 623 017 GNF, soit un total de 28 624 091 434 GNF (voir ci-dessous le relevé des opérations de la BCRG du 26 octobre 2016). Où diable est le préjudice financier prétendument commis par le directeur national des Impôts ?

« L’ex vice-président de l’Ufdg, Bah Oury et les leaders Faya Millimouno et Papa Koly Kourouma parlent de l’arrestation de Toumba », titre le journal hebdomadaire Le Populaire. Pour Bah Oury, cette interpellation va permettre d’accélérer la tenue d’un procès sur le dossier 28 septembre 2009 et d’en savoir davantage sur la tentative d’assassinat de Dadis. Toumba Diakité est cité en premier chef dans le massacre survenu le 28 septembre 2009 au stade de Conakry. Mais il n’y a pas que lui. Et Bah Oury en est conscient. C’est pourquoi il souhaite que d’autres personnalités membres du CNDD soient interpellées pour livrer leur part de vérité dans cette tragédie qui a coûté la vie à plus de 157 opposants. « Il ne faut pas tout mettre sur le compte de Toumba Diakité. Il y a d’autres personnes qui sont inculpées dans cette affaire. Il faut attendent qu’elles soient là pour que la vérité triomphe», espère M. Bah. Le leader du Bloc libéral déclare pour sa part craindre une éventuelle élimination physique de Toumba Diakité dans le but de cacher la vérité au grand public. « Il faut craindre qu’on cherche à se débarrasser purement et simplement de Toumba Diakité et d’autres responsables du CNDD. On a tous été témoins de l’assassinat en prison du frère de Toumba. On se demande aussi si l’arrestation de Toumba Diakité n’est pas une manière de cacher la vérité. Aujourd’hui, Conakry réclame son extradition. N’est-ce pas l’occasion de l’éliminer purement et simplement?», s’interroge-t-il. Président du parti GRUP, Papa Koly Kourouma est ancien ministre de l’Energie, et actuel ministre d’Etat, ministre conseiller à la présidence. Il laisse entendre que c’est parce qu’il y a eu de la pression internationale que cette arrestation est intervenue. Papa Koly Kourouma banalise d’ailleurs cette affaire d’arrestation. A propos, il soutient que «notre pays est paradoxal». La preuve, selon lui, Dadis a déclaré qu’il veut rentrer en Guinée répondre devant la justice dans l’affaire 28 septembre, mais le régime Alpha Condé lui oppose un niet. Mais Toumba qui ne veut pas rentrer au pays, le régime demande son arrestation et son extradition.

Incroyable mais vrai. Début de matinée du lundi 12 décembre 2016 au quartier Nankô rond-point à Siguiri. Une foule nombreuse encercle deux jeunes gens ligotés des mains et des pieds. Ils sont accusés  d’être les principaux auteurs de plusieurs braquages ayant endeuillé la cité réputée pour sa richesse aurifère. Les deux jeunes hommes ne bénéficient malheureusement d’aucune présomption d’innocence. Encore moins du droit universel d’assurer leur défense. Comme la volaille sur barbecue, ils sont passés au bûcher, a rapporté le journal Le Populaire.

Le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a nommé, dans la soirée du lundi, 02 janvier 2017, les membres du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN) senior de football, prévu en 2023 en Guinée, rapporte l’AGP. Publié sur les ondes de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG), medias de service public, les cadres promus sont au nombre de six (06), présidé par le président de la Ligue Guinéenne de Football Professionnel (LGFP), Mamadou Antonio Souaré, le gouverneur de la Ville de Conakry, Général Mathurin Bangoura et le PDG de Guico-Press, Kerfalla KPC Camara. Voici la liste des membres du COCAN :

  1. Président : M. Mamadou Antonio Souaré, ingénieur Télécommunication, président de la LGFP ;
  2. Vice-président : Général Mathurin Bangoura, gouverneur de la Ville de Conakry ;
  3. Deuxième vice-président : M. Kerfalla KPC Camara, PDG Guico-press ;
  4. Secrétaire permanant : M. Cheick Dem, administrateur civil, représentant de la FGF ;
  5. Directeur des Operations : M. Aboubacar Molota Camara, représentant du Ministère des Sports ;
  6. Directrice des Operations Adjoint : Madame Traoré Zalikatou Diallo, Député.

A Lola, un enfant, enlevé en 1995 à l’âge de cinq ans par une femme, dans la sous-préfecture de Gama-Bèrèma, préfecture de Lola, est aujourd’hui retrouvé, et sa mère adoptive arrêtée, rapporte l’AGP. Pour la petite histoire, enlevé depuis 1995, par une femme du nom de Nowai Kolamou pour une destination inconnue. Suite à la disparition de l’enfant, ses parents ont subi assez de séquestrations pour sa recherche, sans qu’il ne soit retrouvé. Ses parents, plusieurs fois emprisonnés par les autorités d’alors, suivi plus tard de la mort de son père, sa mère et sa grande sœur, mettant ainsi sa famille en ruine. Dans son foyer, la voleuse d’enfant avait souvent des discutions avec son époux autour de l’enfant. A Gama-Bèrèma, où l’enfant avait été enlevé, réside la grande sœur de la voleuse avec son mari. Voilà que cette dame voleuse, venue rendre visite à sa grande sœur à Gama-Bèrèma, y est restée un peu longtemps. L’enfant volé a quitté aussi Boma-nord, où il a grandi, pour se rendre dans ladite sous-préfecture. Les citoyens du village ont fait des remarques, et tout à l’heure, la femme a été filée jusqu’à son arrestation. A la Gendarmerie, elle a reconnu les faits qui lui sont reprochés, et a dit n’avoir pas eu d’enfants. Entretemps, le jeune Ponè se porte très bien et a même été formé militairement, mais pas encore reçu sa tenue. Quant à sa mère voleuse, elle se trouve dans les locaux de la Gendarmerie où elle doit répondre de ses actes.

La présidente de la Délégation Spéciale (DS) de la commune de Matam, Hadja Nènè N’Koya Touré a été accusée, lundi, 02 janvier 2017, par ses conseillers communaux, d’avoir vendu une partie de la cour de la Mairie, à Conakry, rapporte l’AGP. Selon le conseiller communal, Soria Bangoura, «après un constat de l’ensemble des conseillers communaux, il s’est avéré qu’un nouveau bâtiment est en train d’être édifié dans l’enceinte de Mairie. Alors que par rapport à notre feuille de route, nous sommes une DS durant les six mois, et aujourd’hui nous sommes une délégation exceptionnelle. Parce que, le législateur n’avait pas pensé que toutes ses entités politiques de la Guinée (UFDG, RPG, UFR, PEDN) allaient se retrouver dans un conseil. Ce qui est d’ailleurs une chance pour la Guinée et aussi pour une commune. Donc, quand on a vu les murs s’élever, on s’est posé la question, puisque depuis un an, nous n’avons pas eu l’occasion de tenir un seul conseil. Parce que tout est au gré de madame la présidente de la DS, Hadja Nènè N’Koya Touré qui pense que nous sommes conseillers d’un parti politique». Le conseiller Soria Bangoura a déploré : «Depuis un an et malgré plusieurs rencontres et demandes d’audience, elle n’a jamais accepté de nous rencontrer. Donc, il y a moins d’une semaine, nous les conseillers, avons demandé une rencontre d’urgence. La lettre a été déposée, mais la présidente de la DS n’a pas réagi par rapport à notre requête qui concernait le nouveau bâtiment en construction dans la cour de la Mairie». M. Bangoura a ajouté : «Je me suis déplacé personnellement pour chercher des informations auprès de Hadja Nènè N’Koya Touré à propos de ce nouveau bâtiment, mais en vain. Nous sommes tous comptables de tout acte qu’elle posera seule. Alors, je lui ai demandé s’il y a un plan, elle me dit non. Mais qu’il s’agit d’une cantine. On ne peut pas édifier une cantine avec de gros ouvrages, quand on sait que tous les fonctionnaires de la commune de Matam, très mal payés d’ailleurs, déjeunent avec des tranches d’igname et des cacahouètes. Donc ça m’étonnerait. Il y a un espace dans la cour qui abrite plus de 150 personnes, je pense que cet endroit est mieux placé. C’est ainsi qu’on n’a compris que cet espace est vendu. Parce qu’il n’y a ni plan, ni permis de construire encore moins une autorisation. Nous avons rencontré le directeur de l’Habitat autour de la construction de ce bâtiment. Il nous a répondu, avoir aussi les mêmes inquiétudes». Pour Soria Bangoura, comme il n’y a pas eu de réponse de la part de la présidente de la Délégation Spéciale (DS), Hadja Nènè N’Koya Touré, les conseillers ont préféré aussi mettre des affiches de l’autre côté indiquant qu’il est à vendre. «Nous les conseillers, considérons que la partie est vendue. C’est le Conseil qui a décidé comme ça. Donc, nous demandons d’arrêter ces travaux et de poser des vraies questions», a conclu Soria Bangoura.

« La première Dame fait don aux enfants déshérités de la RA de Kankan« , lit-on. A l’occasion des fêtes de fin d’année 2016, la première Dame de la République de Guinée, Mme Condé Djènè Kaba, à travers sa fondation, a fait don aux enfants déshérités de la Région Administrative (RA) de Kankan, pour les accompagner dans leur réjouissance, rapporte le correspondant préfectoral de l’AGP. Ce don, destiné aux ONG SOS, ONG Maldia, ONG Hama, ONG Tawakaltou et Orphelinat-Gare, est composé de jouets et de fournitures scolaires. La cérémonie de remise a été marquée par plusieurs allocutions, notamment celle des enfants bénéficiaires parmi lesquels, une malvoyante. Ils ont remercié la première Dame de la République pour ce grand cadeau qu’elle vient de faire à leur endroit. Il est ensuite revenu au Conseiller politique du Gouvernorat, Ibrahim Maréna, représentant le gouverneur de la RA de Kankan, de remercier le chef de l’Etat et son épouse, pour leurs bonnes œuvres en faveur des enfants déshérités. La cérémonie s’est déroulée en présence de la directrice préfectorale de l’Action Sociale de Kankan et plusieurs cadres préfectoraux et régionaux.

A bientôt !