La grève des enseignants suspendue : Le message du grand Imam Mamadou Saliou Camara

07 décembre 2017 22:22:43
0

Après une médiation réussie entre une partie du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (SLECG) dirigé par son secrétaire général adjoint Aboubacar Soumah et le chef de l’Etat Alpha Condé suite à la crise sociale provoquée depuis le 13 novembre dernier et qui a paralysé tout le système éducatif, le grand Imam de de la Mosquée Faycal de Conakry, Elhadj Mamadou Saliou Camara a lancé un appel aux deux parties.

S’exprimait au nom de ses collègues religieux et l’ensemble des sages du pays, il a invité les syndicalistes à avertir le gouvernement à temps avant tout déclenchement d’une grève tout en demandant au gouvernement à ne jamais minimiser une grève.

Voici son massage quelques minutes après la lecture du communiqué relatif à suspension de la grève

« Ce que je peux dire au gouvernement et aux syndicalistes au nom de l’archevêque de Conakry, des représentants des coordinations régionales et l’ensemble des sages de Guinée, est que chacun sache que la Guinée nous appartient tous. Comme le syndicat n’a aucune force que celle de la grève, sinon nous allons dire de l’enlever dans nos lois. Il n’y a pas une grève partielle dans ce pays, elle est toujours générale. Quelque soit le mot d’ordre de grève en Guinée, une fois qu’elle commence, elle prendra de l’ampleur.

Nous ne sommes pas intervenus dans cette crise pour aider le gouvernement contre les grévistes, vice-versa. Ce n’est pas ce que nous avons fait et nous ne l’accepterons même pas. S’il y a douze millions de Guinéens, l’Etat n’a pas encore employé deux millions. Cela veut dire que le Guinéen vit le jour au jour.

Les enseignants ont appelé les élèves à rester à la maison, si tel était le cas, ils allaient discuter avec gouvernement et se comprendre. Imaginez une vielle qui quitte Dalaba pour venir vendre ses tomates à Conakry, à Kindia ou Coyah qu’elle ne trouve pas de route à cause de la grève, ses tomates vont périr alors qu’elle n’est ni fonctionnaire ni élève. Encore, pendant la crise, un commerçant qui reste à la maison contre son gré, tenez-vous bien, qu’il va finir par bouffer tout son capital.

Nous demandons aux syndicalistes de toujours aviser à temps le gouvernement pour tout déclenchement d’une grève. Au gouvernement, nous l’invitons à ne jamais minimiser un préavis de grève. Parce que toutes nos grèves sont générales et pendant la grève, ce sont généralement ceux qui ne sont pas concernés qui payent les frais ».

Il faut par ailleurs rappeler qu’Elhadj Mamadou Saliou Camara, a fait toute sa déclaration en langue nationale soussou.