Samedi, 19 avril 2014, 06:52 GMT

La question du traitement salarial de nos autorités est presque taboue. Contrairement aux pays développés où le salaire du président, des ministres, des directeurs généraux et autres hauts cadres de l’administration est connu de tous, dans la quasi-totalité des pays africains, c’est motus et bouche cousue. Lors d’une interview accordée à Guinéenews, le ministre d’Etat en charge des télécommunications a abordé le sujet relatif au traitement salarial de nos ministres. Combien touche un ministre guinéen, son homologue de l’extérieur, les avantages liés à la fonction de ministre ? La réponse est à lire dans la troisième et dernière partie de l’interview d’Oyé Guilavogui accordée à Guinéenews, votre quotidien électronique préféré.

 

Guinéenews© : Monsieur le ministre d’État pendant la campagne électorale, bien avant que le candidat Alpha Condé n’accèdât au pouvoir, il avait promis qu’une fois aux affaires, il ferait en sorte que de Conakry à Yomou, dès la maternelle ou au primaire, les enfants soient initiés à l’informatique. Il avait même dit que chacun aura un ordinateur…

 

Oyé Guilavogui : (Rires).

 

Guinéenews© : Sûrement qu’il comptait sur vous monsieur le ministre ! Où est-ce que vous en êtes aujourd’hui ?

 

Oyé Guilavogui : C’est vrai que, de plus en plus, il dénonce quand même. Aujourd’hui, nous sommes à l’ère des nouvelles technologies de l’information, c’est inexplicable que nos enfants qui ont le niveau bac ne puissent pas utiliser l’outil informatique. C’est inexplicable. Je peux comprendre les aînés  qui sont passés avant, à leur époque, on ne parlait pas d’informatique mais aujourd’hui, tu ne peux pas… Effectivement, c’est un des maillons faibles de l’informatique. C’est vrai que c’était un élément de campagne du chef de l’Etat. Qu’il allait faire en sorte que l’informatique soit la base de l’enseignement et que dans toutes les écoles, on trouve vraiment un embryon d’informatique. Aujourd’hui, c’est vrai, c’est difficile de réaliser compte tenu de l’énormité des besoins…. Toutes les écoles en ont besoin. Nous avons fait beaucoup de tests, l’ARPT même a offert beaucoup d’ordinateur à plusieurs écoles.

Avec les opérateurs de la place, on essaie, d’offrir des outils informatiques. Au départ, le problème c’était quoi ? C’est vrai que c’était ambitieux, la promesse était très forte. On s’est dit qu’il fallait d’abord commencer à moderniser l’administration. C’est ce qui a valu la création du haut commissariat à la modernisation de l’administration. Nous travaillons en tandem à ce niveau. Nous avons initié un grand projet qui débutera au mois de février, j’ai les contrats sur la table, le financement est obtenu. C’est pour ce qu’on appelle la gouvernance électronique.

 

Guinéenews© E-gouvernance…

 

Oyé Guilavogui: …Qui avait été initié par les précédents gouvernements. Cela a été bloqué, ils n’ont pas suivi. On est venu, on a soulevé la question, on a renégocié ce projet qui ne va prendre que quatre mois. Le financement est déjà obtenu, d’ici le mois de juin, l’administration va être reliée complètement par la fibre.

 

Guinéenews© Disons, l’interconnexion !

Oyé Guilavogui: On fait l’interconnexion entre l’administration mais aussi avec les Institutions, les banques, les assurances, tout le monde. Parce qu’il y aura des applications que nous allons faire à l’intérieur de ces infrastructures qui seront construites. Est-ce que vous voyez ? Cela se fera très bientôt ! Une fois que l’administration sera complètement informatisée, nous allons passer à la deuxième étape pour les écoles et universités. Dans les universités, on a fait la première initiation ici au niveau de Gamal (Université Gamal Abdel Nasser, Ndlr). On a développé ce qu’on appelle l’e-éduction. C’est un programme bilingue qui est offert dans cinquante trois Etats africains pour les rendre plus performants, les relier aux universités afin de permettre à nos étudiants de recevoir dans cours en ligne. Le projet est déjà fini, on l’a lancé, aujourd’hui, ça marche ! Est-ce que vous voyez ? Donc, on va étendre ce projet-là au niveau des universités de la Guinée avant de passer aux lycées et collèges. Ce projet est très ambitieux. Mais nous comptons le faire très rapidement parce que le ministère de l’enseignement supérieur est préoccupé, il est en train de monter ce projet pour que, ce qui est initié à Conakry soit répandu au niveau des autres universités. Mais me dire que, nous allons l’étendre jusqu’au primaire, c’est un peu ambitieux pour nous. Mais c’est l’ambition du gouvernement, c’est l’ambition du chef de l’Etat. Il voit comment ça se passe ailleurs, c’est un programme qui va couvrir plusieurs années.

 

Guinéenews© Monsieur le ministre, il y a quelques temps de cela, vous annonciez que dans les prochains jours, à tous les principaux carrefours de Conakry, des caméras de surveillance seront visibles. Qu’en est-il ?

 

Oyé Guilavogui: Oui, c’est ce projet-là qu’on est en train de développer. Au fait, cette infrastructure-là va connaitre assez d’applications. Il y aura la sécurité routière là dedans, l’interconnexion de l’administration… Et quand ils finiront, il y aura des vidéos de surveillance à tous les carrefours. La centrale sera installée au niveau de la sécurité. Donc, ils auront une visibilité sur tous les carrefours de Conakry par exemple. Il suffit d’être devant l’écran pour savoir ce qui se passe à tel carrefour… Et dès qu’il y a un accident, on l’identifie tout de suite. Est-ce que vous voyez bien ? C’est de ce projet-là que je vous parlais. Au fait ce sont des applications mais il faut construire la base, ce qu’on appelle l’infrastructure. La banque par exemple peut créer son application sur cette infrastructure en reliant par exemple toutes les banques de la place. Donc, il y a plusieurs applications mais il faut avoir la base et cette base, c’est nous qui devons la construire. Au mois de février-là, nous allons commencer les travaux. Avant le mois de mai-juin, on aura fini. En effet, il s’agit de réhabiliter le projet d’e-gouvernement qui existait depuis. Les embryons sont là, c’est vrai, donc, c’est très facile de les réactiver.

 

Guinéenews© Avant dernière question. Vous étiez ministre des télécommunications, maintenant, vous êtes ministre d’Etat. Donc, une élévation en grade. Lorsque vous étiez ministre combien vous touchiez…

 

Oyé Guilavogui : (Rires).

 

Guinéenews© … et maintenant que vous êtes ministre d’Etat, quel sera votre salaire ?

 

Oyé Guilavogui : Ce que je peux vous répondre plutôt, c’est qu’il y aura un changement. C’est vrai que quand on change de grade, non seulement c’est honorifique, c’est un grade de prestige, mais il y a cas même des accompagnements. Il faut savoir que ça va changer aussi bien en salaire, en primes et en avantages. Dire que c’est tel montant que je touche, ça sera un peu difficile pour moi. Je sais que les ministres guinéens sont moins payés que les autres. C’est le chef de l’Etat qui l’a voulu ainsi. Au fait, c’est un sacrifice qu’on consent. Si je vous dis qu’il y a des ministres à l’extérieur qui sont payés à plus de cinq, six, sept mille dollars, vous n’allez pas me croire. Aujourd’hui, on est payé à moins de deux mille dollars. Ça c’est un sacrifice qu’on accepte à la demande du chef de l’Etat parce que, premièrement, on a trouvé que les caisses sont vides. Deuxièmement, il est dit que nous sommes venus pour reconstruire le pays qui a été laissé pour compte. Et que nous n’allons pas venir pour nous arroser de luxe, tout en disant que nous venons pour aider la population guinéenne. Tout le monde en est conscient, tout le monde l’a accepté. C’est ce qui continue. On ne peut pas se ranger derrière les ministres des autres pays. On aurait complètement perdu la vocation qu’on veut pour ce pays. Donc, je peux vous dire qu’on est moins payé que les autres ministres mais c’est à la demande et à l’acception de tous les membres du gouvernement.

 

Guinéenews© Monsieur le ministre, avant de vous prononcer sur Guinéenews que vous connaissez et qui existe depuis 1997, il y a sûrement quelque chose que vous aurez voulu dire durant cet entretien, qu’on n’a pas évoqué.

 

Oyé Guilavogui : Je commencerai par Guinéenews d’abord. C’est un site que j’aime bien, que j’ai connu avant d’être dans ma position actuelle. Il faut préciser que c’est un très bon site, ce site-là, il est de plus en plus consulté par tous les guinéens. Je ne peux que vous féliciter pour cela. C’est compte tenu du sérieux que vous apportez à ce site, vous ne dites pas n’importe quoi, vous n’écrivez pas n’importe comment. C’est la réalité, vous faites le constat réel que j’aime bien moi. J’ai connu des sites qui collectent des informations erronées et puisque ce sont des sites qui sont consultés ailleurs, finalement, les gens ont une mauvaise image du pays parce que, ce qu’ils disent n’est pas réel. Ce n’est pas le cas de votre site. Je vous exhorte à redoubler d’efforts, à l’améliorer davantage parce que, déjà, à travers l’appellation, nous nous identifions à ce site.

 

Pour la Guinée, je ne cesse de le dire toutes les fois que j’accorde une interview à un quotidien, à un site comme le votre, appeler les guinéens à accepter des sacrifices et à consolider davantage la paix dans le pays. Il faut que tout le monde soit conscient du retard que nous avons accusé dans ce pays-là. Ce pays ne peut être construit que par nous-mêmes, personne d’autre ne peut le construire. Il faut que les guinéens comprennent que, de plus en plus, on doit s’écarter de ces politiciens y compris moi-même. Il faut, à priori, avoir l’idée de développement, l’esprit de développement que les guinéens n’ont pas. Dès que tu as l’esprit de développement, tu t’écartes de plus en plus de la politique. Politique oui, c’est vrai, mais il y a des échéances bien indiquées pour s’intéresser à la politique pas durant toute la vie ! Donc, j’en appelle à la conscience de tous les guinéens. Je demande à tous les guinéens de s’accepter, de se pardonner, de surpasser les différents pour que, vraiment ensemble, nous sortions ce pays-là de cette souffrance. On a tant enduré, cinquante et quelques années, c’est trop dans la vi d’un Homme. Nous avons tous les atouts pour y arriver. C’est vrai qu’on aime le dire, scandale géologique, château d’eau de l’Afrique… Avec tout ça, il faut qu’on arrête ! Il faut qu’on travaille, ce n’est pas un autre qui viendra nous le dire, c’est plutôt nous qui devons donner le ton. Les autres viendront nous aider après. Mais tout cela n’est possible que quand y a la paix. Vous savez bien, comme aime le dire le chef de l’Etat, l’argent n’aime pas trop de bruits.

 

Vous vous rappelez, si vous avez bonne souvenance, en 2011, les avions en direction de Conakry ne désemplissaient pas. Les hôtels étaient pleins à tout moment, aujourd’hui, allez-y, il y a de la place toutes les saisons. Les avions viennent à moitié vides parce qu’il n y a pas eu de calme, on ne s’est pas acceptés. Donc, encore, on est obligés de tout remettre à plat pour faire revenir les investisseurs. Pour qu’un investisseur mette son argent dans un pays, le premier critère est qu’il faut qu’il y ait la stabilité, la paix. C’est vrai qu’il y a le profil mais le profil ne peut venir  que quand tu as déjà placé ton capital. Donc, encore une fois, j’en appelle à la conscience de tous les guinéens, qu’on se donne la main et qu’on consolide ce début d’apaisement que nous avons constaté ces derniers moments. Nous avons encore des échéances devant, si ça doit être un recommencement à ne pas en finir, c’est-à-dire que le pays va continuer à vivre cette situation que nous avons connue depuis2009. Encore une fois, je vous félicite, je vous remercie.

 

Guinéenews© Monsieur le ministre d’Etat, merci d’avoir répondu à nos questions.

 

Oyé Guilavogu i: Merci beaucoup.

 

Entretien réalisé par Serge Lamah

Conakry, Guinée

Serges Lamah
  • HommeDeDroit

    Ouf qu’il est nul ce bonhomme ( Camera dans tous les carrefours de Conakry ) LLLLOOLL et si le ridicule pouvais tuer OYE serais mort depuis. tu es nul es bidon sauf AC peux nommer des gens comme ce dernier, alors j’ai une idee pour toi s’il te plais retablis SOTELGUI et on peut parler des cameras dans le carrefours
    HDD

  • SYMBO

    C’est difficile pour moi de dire mon salaire. Mais nous sommes moins payé que les autres. Lesquels? Les policiers peut etre? On dirait que les guinéens sont payés en dollars. Merci pour vos sacrifices: c moins d 2000$ et à cette somme il est nécessaire d’ajouter des surfacturations et les pots de vins. Les enfants de dubréka e fria étudieront comme ceux de l’occident avec un par ordi (alfa). Cette promesse est dejà tenue pour ceux de fria, car leurs parents n’ont plus de boulots pour pouvoir les donner à manger .

  • Jamal

    LOOOOOOLvous croyez que tous les guineens boivent acec ces narrines comme mes freres de Rpgistes tu es un comedien mon ministre….chapeau pour vous de ne pas mantir ce que koro avait promis aux guieens ca je salue tres bien pas come pas comme le porte parole du gouvernement qui dodge les questions posees Loooool vive bah oury sidya dr faya diallo sadakaadji mouctar la democratie et justice pour tous les victims du pays!!!!!

  • L’observateur

    « Dans nos sociétés enrichies, mais incapables d’éradiquer les phénomènes d’exclusion sociale en leur propre sein, le silence acheté par l’illusion du confort pour la grande majorité des consommateurs remplit la même fonction que l’omerta mafieuse. Les intimidations sont officielles et encouragées par les Etats : si nous consommons moins, nous ne sommes pas de « bon patriotes » puisque nous ne participons pas à la croissance économique qui est censée apporter des bienfait à tout le monde. »
    Jean-Claude Besson-Girard – Decrescendo cantabile, 2005, page 165

    « Le patriotisme n’est pas seulement le dernier refuge des coquins; c’est aussi le premier piédestal des naïfs et le reposoir favori des imbéciles. »
    Georges Darien – 1862-1921 – Belle France – 1900

    merci mr. le ministre pour votre prise de conscience de la politisation effective de touts les secteurs du pays.

    je vous exorte de faire une lettre ouverte au president et lui envoyer les mots suivants que je pense etre les votres.

    <>

    • Klonon Yassy Roger

      Merci Mr le Ministre pour cette vision qui donne de l’espoir vrai aux guinéens. A la fin de la guerre de cessation en amerique, tous les savants reunis avaient projeté l’avenir des USA. Par ex. des hommes se parlant entre eux a des miliers de Km. Cela est reel de nos jours avec le telephone. Comme vous, j’ai le projet pour une Guinée pleine de bon vivre.Et puis, mieux une projection des choses que l’absence de plan. Une certitude, avec vos projets, le petits guinéens va courrir pour la performance. Car les pays performants de nos jours, le sont devenus que par des cadres que l’on dit reveurs comme vous. Les explorateurs n’ont vecu que pour leurs reves. Bon vent a vous

  • Alpha Bah

    Il est payé moins de 2000 dollards mais combien il vol par jour. peut il nous faire la comparaison de ses resultas à ses des autres ailleurs.de grace qu’il arrête d’aller vers les medias car il est vraiment guignol et ridicule